Syndicat SUD-AFP (Union syndicale SUD Culture & Médias Solidaires)

Accueil > Communiqués SUD-AFP > Affaire Hoog-Média9 : un démenti qui ne change rien sur le fond

Affaire Hoog-Média9 : un démenti qui ne change rien sur le fond

lundi 22 août 2011

Le faux "démenti" publié ce jour par le PDG (voir à la fin de ce communiqué) ne change rien, car il ne dit renoncer ni aux méthodes révélées dans les documents Media9, ni à un changement radical de notre Statut.

Qui plus est, la réaction du PDG n’explique en rien le contenu de la lettre du patron de "Media9", qui fait référence à un entretien pendant lequel le PDG aurait "fait part du souhait de l’AFP de confier une mission à Media9". Cette lettre serait-elle un faux ?

Désormais il convient de tirer les conséquences de cette affaire : l’Intersyndicale se réunit demain mardi à 14 heures.

Mensonge, trahison, abus de pouvoir

Pour résumer l’affaire Hoog-Media9 telle qu’elle se présente à la lecture des documents, nous citons des passages d’un mail que Samir Douaihy (journaliste à l’AFP, non syndiqué, auteur des argumentaires les plus percutants dans le débat sur le Statut de l’agence), a envoyé dès le 18 août.
Ce mail, ayant pour objet : "Que faire maintenant que le roi est nu ?", était destiné à tous les syndicats et associations actifs au sein de l’AFP :

  1. jamais un PDG de l’AFP n’a conçu une opération de lobbying visant à modifier le Statut de l’AFP. Cette opération, payée sur le budget de l’Agence, est une entreprise structurée, longue et vaste : elle est à la fois interne et externe ; nationale et internationale.
  2. jamais un PDG de l’AFP n’a eu recours à une officine extérieure à l’Agence pour influencer le personnel - ce qui trahit le peu de confiance qu’il a en lui-même et en sa propre Direction. Dans la "stratégie d’action" concoctée par cette officine, il est même fait mention d’une "cartographie des adversaires" (sic !).
  3. aucun doute n’est plus permis sur la paternité du projet Legendre : le PDG avait refusé (le 1er juin 2011, lors de sa rencontre avec les représentants syndicaux) de répondre aux questions pressantes sur son implication dans la préparation du projet Legendre. Ensuite, il a prétendu (dans sa lettre diffusée le même 1er juin 2011) avoir été "informé" par le sénateur Legendre du dépôt de ce projet au Sénat. Or, les documents révélés démontrent que le projet Legendre est en réalité un projet du PDG [comme je l’avais déjà écrit, le 26 mai 2011, dans l’"Argumentaire contre le projet Hoog-Legendre" ]. Oui, M. Hoog a menti !
  4. l’identité politique de l’officine choisie par le PDG ne laisse plus de place au doute sur la filiation du projet Legendre : il s’agit d’une opération politique et idéologique qui vise à instaurer une mainmise du pouvoir sur l’AFP.
  5. nous disposons désormais de preuves matérielles démontrant que le PDG actuel agit dans l’ombre, organise des opérations de manipulation et dépense l’argent de l’Agence pour ses propres desseins politiques.
  6. plus grave : alors que la mission première d’un PDG de l’AFP est de gérer et de développer l’Agence dans le respect de son Statut, M. Hoog s’acharne à vouloir modifier ce Statut, fuyant la concertation, recourant à des moyens opaques, agissant pour des raisons floues, n’hésitant pas à dénigrer l’Agence, à l’affaiblir et à la faire douter d’elle-même. Plus que jamais se pose la question de confiance [comme je l’avais déjà écrit, le 7 juin 2011, dans la "Réplique à la lettre de M. Hoog" ]. Outre le mensonge, il y a trahison !
  7. le PDG agit seul, sans mandat du Conseil d’administration, qui n’a jamais été saisi ni du projet Legendre (ce qui est à la rigueur normal, le législateur étant souverain), ni de l’implication du PDG dans ce projet (ce qui est anormal, puisque ce projet Legendre vise à modifier la loi fondatrice, la "constitution", de l’Agence). Pour mémoire, le Statut indique clairement que l’instance qui dirige l’Agence est bien le Conseil d’administration (l’article 8 stipule : "Le Conseil d’administration est investi des pouvoirs les plus étendus pour la gestion et l’administration de l’agence"). Le PDG n’est que l’exécutant de la volonté du Conseil d’administration (le même article 8 ajoute : "Le président directeur général est chargé de (...) l’exécution des délibérations du conseil d’administration". Comment le PDG peut-il oeuvrer pour changer le Statut de l’AFP - ce qui constitue l’acte de gestion le plus grave qui soit - sans feu vert du Conseil d’administration de l’AFP ? Outre le mensonge, outre la trahison, il y a abus de pouvoir !

Des conséquences immédiates !

Face à ces agissements, le personnel de l’Agence doit réagir et alerter l’opinion publique, le monde politique, les citoyens. Avec un message clair : tout changement du Statut de l’AFP avant la présidentielle et les législatives de 2012 serait une manipulation politique.
Par conséquent, l’Élysée, le gouvernement et M. Hoog doivent renoncer à la proposition de loi Legendre ; ils doivent laisser l’AFP faire son travail !
C’est dans ce sens que SUD argumentera lors de la réunion intersyndicale, à laquelle nous souhaitons voir associées la SDJ et l’ADIAFP.

Qui est moderne ?

SUD ne s’est jamais opposé à l’amélioration du Statut de 1957. Nous sommes même les seuls à en avoir obtenu une, grâce à notre Question prioritaire de constitutionnalité qui a permis d’obtenir, le 6 mai 2011, le droit de vote et d’éligibilité pour les salariés non européens lors des élections au Conseil d’administration.
Après les élections présidentielle et législatives, si le dossier du Statut devait être rouvert, nous rappellerons les quatre points définis par l’ADIAFP, dans sa Lettre ouverte du 16 novembre 2010, qui nous semblent indispensables pour toute modification du Statut :

  1. Renforcer l’indépendance de l’AFP, autrement dit apporter des garanties supplémentaires par rapport à la situation actuelle où un parfum d’influence politique persiste, surtout lors de l’élection du PDG. (...)
  2. Être reliée à une vraie stratégie d’entreprise. Il faut exposer cette stratégie et dire en quoi le Statut actuel empêche sa réalisation et ensuite - et seulement ensuite - modifier le Statut pour permettre la réalisation de ladite stratégie.
  3. Recueillir au préalable l’accord du personnel par référendum. (...)
  4. Recueillir une très forte majorité au Parlement. Si l’unanimité parlementaire que le Statut actuel avait recueillie en 1957 peut sembler inaccessible aujourd’hui, il faudrait tout faire pour s’en rapprocher. (...)

Paris, le lundi 22 août 2011 - SUD-AFP (SUD Culture & Médias Solidaires)

Voici le "démenti" du PDG :

  • Message du Président à tous les collaborateurs
  • PARIS, 22/08/2011 - 1320 - Je souhaite porter à votre connaissance les faits suivants :
    • aucune mission n’a été confiée par l’AFP à la Société Média9
    • aucun contrat n’a été signé avec elle et par conséquent, aucun euro n’a été versé.
  • Le document -tant commenté- fait partie des mutiples propositions que reçoit chaque jour la Direction et ce, dans des domaines très variés.
  • Elle n’y a pas donné suite. Il n’engage en rien l’Agence.
  • Très cordialement.
  • Emmanuel Hoog