Syndicat SUD-AFP (Union syndicale SUD Culture & Médias Solidaires)

Accueil > Communiqués SUD-AFP > Statut, salaires, précarité, mépris du personnel : réagissons !

Statut, salaires, précarité, mépris du personnel : réagissons !

mercredi 25 mai 2011

Assemblée générale du personnel, jeudi 26 mai à 14h, rue Vivienne (1er étage, salle des desks)

  • Une proposition de loi pour casser le statut de 1957
  • Des mesures autoritaires et non pertinentes tous azimuts (rue Vivienne, aménagement du siège, implantation du multimédia sur les desks, nominations et non-nominations arbitraires, licenciement d’un journaliste senior…)
  • Toujours pas d’augmentation des salaires pour tous, toujours pas de règlement des indemnités congés payés dues, toujours pas de solution à la précarité…

Les masques tombent. Un an après son arrivée à la tête de l’AFP, Emmanuel Hoog reprend le flambeau de son prédécesseur pour tenter de donner à l’agence un nouveau statut. Finies les promesses, finie la période de « l’apaisement ». Alors qu’il est censé défendre l’entreprise qu’il dirige, en proposant des perspectives de développement dans le cadre de la mission d’intérêt général définie par le statut de 1957, le PDG impose ses choix sans concertation.

La proposition de loi d’un sénateur UMP reviendrait bel et bien à donner à l’agence un « nouveau statut », comme l’a souligné le PDG lui-même dans son communiqué du 19 mai. L’essentiel sur le caractère précipité et sur le fond de cette initiative a déjà été dit dans le communiqué intersyndical du 23 mai1 et dans le texte de l’ADIAFP (Association de défense de l’indépendance de l’AFP), auxquels nous souscrivons pleinement : cette proposition de loi est dangereuse, car elle risque de fragiliser le financement de l’AFP (désengagement financier de l’Etat) et de mettre gravement en péril son indépendance statutaire vis-à-vis des pouvoirs politiques et financiers. Autrement dit : notre entreprise, nos emplois, notre avenir sont menacés !


Faut-il rappeler au PDG et à ses amis que le Statut de 1957 a été préparé dans le cadre d’un processus démocratique exemplaire pendant de longs mois, couronné par un référendum du personnel et un vote unanime du Parlement !? Où est la démocratie en 2011, quand M. Hoog fait l’économie du nécessaire débat en interne, en affirmant que «  l’AFP mérite un débat parlementaire le plus tôt possible » ?


Oui à une grève d’avertissement !


Lors d’une réunion intersyndicale le jeudi 19 mai, les organisations présentes se sont mises d’accord pour proposer au personnel une Assemblée générale le jeudi 26, éventuellement suivie d’une grève de 24 heures. Il est clair que tout mouvement du personnel doit être bien préparé et le plus unitaire possible. L’Assemblée générale de jeudi doit permettre de débattre librement de la situation et de la nécessaire riposte du personnel :

  • Disons aux sénateurs que nous ne voulons pas de leur nouveau statut pour l’AFP, imposé à la hussarde à quelques mois des élections !
  • Défendons l’indépendance de l’AFP !
  • Disons à M. Hoog qu’il y en a marre de ses manœuvres et de son autoritarisme !
  • Disons-lui qu’il doit nous régler notre dû et que les précaires attendent toujours d’être titularisés !

L’AFP n’a fait aucune dépêche sur la grève de quatre heures pour les précaires, en février dernier. Le Directeur de l’Information a justifié cette censure par la faible ampleur de ce mouvement. Montrons à M. Hoog, à ses amis sénateurs et à ses Directeurs que nous ne laisserons pas faire !
SUD propose aux autres organisations syndicales et au personnel de lancer une grève d’avertissement de 24 heures.
 
Paris, le mercredi 25 mai 2011 - SUD-AFP (SUD Culture & Médias Solidaires)