SUD-AFP

Solidaires-Unitaires-Démocratiques à l’Agence France-Presse

Accueil > Communiqués SUD-AFP > Mobilisation historique pour défendre l’AFP !

Mobilisation historique pour défendre l’AFP !

mardi 6 septembre 2011

L’AFP vit des journées historiques. Jamais, le personnel n’a été aussi mobilisé, aussi uni, pour défendre l’indépendance de l’Agence. Rarement, le fossé aura été aussi profond entre les salariés – journalistes, administratifs, techniciens… - et le PDG, qui s’est clairement révélé être le principal agent des forces qui menacent cette indépendance. SUD fait le point de la situation.

1/ Affaire Hoog-Media9 : le PDG ne convainc pas
Les documents de Media9 montrent que cette officine de lobbying était parfaitement au courant des préoccupations de M. Hoog et de nombreux détails de la vie interne de l’Agence. Ces informations ne peuvent provenir que du PDG lui-même ou de son entourage. M. Hoog n’a d’ailleurs pas nié avoir rencontré le patron de Media9, Pierre-Jérôme Henin, un ancien conseiller du président Sarkozy. Surtout, il a reconnu qu’il avait songé à une telle mission de lobbying, estimant qu’elle pourrait se révéler utile au cours des prochains mois. Mais il a réitéré « qu’aucune mission n’a été confiée à Media9 (…), aucun contrat signé, et aucun euro versé ». Admettons qu’il ne mente pas sur ce point. Les documents prouvent cependant qu’il y a eu une étroite collaboration avec Media9, d’autant que la Direction leur avait déjà confié une autre mission quelques mois plus tôt. Tout cela laisse à penser que le PDG aurait signé… si l’affaire n’avait pas été révélée le 17 août par le Canard enchaîné.

2/ Attaques contre l’indépendance de l’AFP et son Statut : le PDG persiste et signe
M. Hoog a réaffirmé son soutien aux profonds changements du Statut de 1957 tels qu’ils sont contenus dans la proposition de loi Legendre. Qu’un tel bouleversement puisse intervenir quelques mois avant les échéances électorales de 2012, ne semble pas le préoccuper. Et il a de nouveau souligné la prétendue nécessité d’une modification urgente du Statut, en réponse aux éventuelles mesures de la Commission européenne. Il a donc une fois de plus superbement ignoré la forte opposition du personnel de l’Agence au projet Hoog-Legendre et tenté d’instrumentaliser l’enquête de Bruxelles pour justifier ce projet.

3/ La riposte du personnel s’organise
Résultat des élucubrations du PDG, l’unité du personnel s’est encore renforcée : au front de l’ensemble des organisations syndicales se sont joints l’ADIAFP (Association de défense de l’indépendance de l’AFP) et la SDJ (Société de Journalistes, dont le conseil d’administration actuel est essentiellement composé de membres de la hiérarchie intermédiaire).
Gageons que la Motion de défiance sera massivement approuvée lors du vote du personnel à bulletin secret organisé cette semaine. Déjà, les deux assemblées générales (jeudi 1er et vendredi 2 septembre), tenues dans la salle des desks de la rue Vivienne, ont été un franc succès. A l’issue de l’AG de vendredi, les très nombreux participants ont validé les modalités d’action proposées par l’Intersyndicale, par un vote unanime à main levée.

Cette unité, il a fallu la construire

On se souviendra que le mouvement contre le projet Hoog-Legendre a commencé dans la désunion. Dès l’annonce du projet, SUD a agi en faveur des deux grèves de 24 heures qui ont permis d’empêcher l’inscription de la proposition de loi Legendre à l’ordre du jour du Sénat. « Pour les mobilisations à venir, on souhaiterait encore davantage de soutien et d’unité », avions-nous écrit après le succès de la première grève fin mai.

Au moment où il fallait réagir à l’affaire Media9, SUD a insisté sur la nécessité de dépasser les divergences pour se focaliser sur l’essentiel. Nous avons ainsi souligné qu’une large unité était désormais possible, entre tous les syndicats, l’ADIAFP et la SDJ, autour de deux axes : le refus du texte de la proposition de loi Legendre et le rejet des méthodes du PDG.

Ce large front est désormais constitué : M. Hoog a réussi à faire l’unité contre lui.

Préserver et renforcer notre unité

Dans son communiqué diffusé le 2 septembre, le PDG a fait une nouvelle tentative de division, en proposant un « dispositif de concertation », avec une série de réunions de travail à partir de la fin septembre. « Trop tard, pas sincère », ont répondu ceux sur qui il fondait ses espoirs.

Cette unité totale traduit l’exaspération créée par les manoeuvres du PDG. Elle montre aussi que certaines idées ont fait leur chemin. Ainsi, les quatre conditions pour tout changement du Statut de l’AFP, définies par l’ADIAFP en novembre 2010, semblent désormais faire consensus.

Toute modification du Statut doit :
1/ Renforcer l’indépendance de l’AFP.
2/ Être reliée à une vraie stratégie d’entreprise.
3/ Recueillir au préalable l’accord du personnel par référendum.
4/ Recueillir une très forte majorité au Parlement.

(« Lettre ouverte aux parlementaires français »)

C’est sur cette base, et sur le refus de toute manipulation politique avant ou après les élections de 2012, que le personnel pourra aborder sereinement le débat statutaire.

Quant aux questions soulevées par la plainte de l’agence allemande DAPD et l’enquête de la Direction générale à la concurrence de la Commission européenne, rien n’indique que ce dossier nécessite une modification du Statut. Cependant, pour renforcer l’union, il faudra dans les prochaines semaines affûter nos arguments sur ce point.

L’unité se joue aussi aux élections

Les derniers jours ont montré qu’il est possible de gérer le pluralisme syndical sans se diviser. D’ailleurs, SUD fait confiance au personnel, qui saura séparer le bon grain de l’ivraie… C’est dans cet esprit que nous nous permettons de vous soumettre la réflexion qui suit, à propos du 2nd tour des élections dans le collège journalistes.

Selon la loi de 2008, les syndicats sont représentatifs quand ils obtiennent au moins 10% des voix valablement exprimées au premier tour des élections pour le Comité d’entreprise. En vertu de cette disposition, l’Intersyndicale de l’AFP était affaiblie depuis 2009, car l’une de ses composantes les plus actives, SUD, ne pouvait ni participer aux négociations avec la Direction ni signer des accords.

Cette difficulté est désormais dépassée. Au 1er tour, SUD est devenu représentatif. En nous permettant de franchir la barre fatidique des 10%, vous avez renforcé l’intersyndicale. Au cours des trois prochaines années, le dialogue social à l’AFP sera mené par l’ensemble des six syndicats représentatifs : CGT, CFDT, FO, SNJ, SUD et la CFE-CGC.

Le 2nd tour dans le collège journalistes n’y changera rien. Il est organisé pour savoir qui seront les élus journalistes au Comité d’entreprise et dans la Délégation du personnel. Question centrale : la répartition des cinq sièges de journalistes au CE. Vu les rapports de force, chacun des quatre syndicats traditionnels (SNJ, CFDT, CGT, FO) est assuré de remporter un siège.

L’enjeu du second tour : le cinquième siège au CE reviendra-t-il à SUD ?

Pour que l’unité syndicale soit efficace et solide, faites en sorte que les principales composantes de l’Intersyndicale aient toutes des élus dans les instances représentatives du personnel ! Donnez des élus journalistes à SUD !

Appuyez la motion de défiance !

M. Hoog rêve d’un CE sans SUD. Ne lui faites pas ce cadeau.

Votez et faites voter SUD.

Paris, le mardi 6 septembre 2011
SUD-AFP (SUD Culture & Médias Solidaires)