SUD-AFP

Solidaires-Unitaires-Démocratiques à l’Agence France-Presse

Accueil > Communiqués SUD-AFP > Emploi, pouvoir d’achat et conditions de travail en berne

Emploi, pouvoir d’achat et conditions de travail en berne

vendredi 21 décembre 2007

"Une très bonne année pour l’AFP"
(Pierre Louette, actuel PDG)

Bénéfice net 2007 de 4,6 millions d’euros - mais emploi, pouvoir d’achat et conditions de travail en berne

Le PDG est content. Il pourra partir de l’Agence avec un CV presque idéal pour un futur dirigeant de l’audiovisuel extérieur. Pierre Louette aura réussi à accentuer la gestion froidement comptable du COM (Contrat d’objectifs et de moyens) dans un climat social relativement feutré par rapport à l’ère Eveno ; il sera aussi parvenu à doter l’AFP d’un service vidéo, même si les moyens humains et techniques sont à l’opposé du succès financier affiché (bonjour les conditions de travail et la précarité !). Enfin, il aura présenté un budget en trompe l’oeil qui le désigne comme parfait gestionnaire selon les critères stupides de Bercy.

Cependant, le bilan social, celui qui intéresse celles et ceux qui font le succès de l’AFP au quotidien, est loin d’être aussi brillant.

"Retouches" statutaires mortelles, restructurations inacceptables (plan province !), projets multimédias affligeants... Les motifs d’inquiétude ne manquent pas. SUD y reviendra prochainement. Dans l’immédiat, nous tenons à exprimer notre colère face à des propos tenus par le PDG lui-même et par des membres de sa direction, lors de deux réunions le jeudi 20 décembre (négociation annuelle obligatoire et réunion des délégués du personnel journaliste).

Mauvaise nouvelle pour les précaires

L’AFP a embauché en 2007 au total 18 journalistes statut siège, dont 7 anglophones (sur un total de quelque 800 journalistes CDI statut siège). SUD a réaffirmé qu’à ce rythme, les nombreux précaires n’avaient aucune perspective sérieuse d’embauche.

Jusqu’à présent, les journalistes en CDD qui avaient accumulé une ancienneté de 6 mois étaient considérés comme "bons pour être embauchés". Une soixantaine de journalistes CDD sont actuellement dans ce cas. Certains d’entre eux occupent durablement des postes essentiels au fonctionnement de l’Agence. Idem pour des CDD non journalistes et certains pigistes (photo, vidéo, couverture texte de la banlieue...).

Or, que déclare le PDG le 20 décembre ? "Beaucoup de CDD ne seront pas embauchés. C’est le principe du CDD"  ! Et la direction d’ajouter que "sur les 60, il y en a qui n’ont plus de CDD parce qu’ils ne donnent pas satisfaction".

Cette conversion ouverte (et pour l’AFP inédite) au concept du salarié jetable aurait dû provoquer un tollé parmi les délégués. Mais le représentant SUD s’est retrouvé bien seul dans sa colère.

L’embauche en CDI se heurte aux a priori idéologiques d’une direction qui est obligée de limiter le nombre de postes budgétés (sous contrôle de Bercy). D’où la règle selon laquelle on embauche uniquement lorsqu’il y a départ (à la retraite). Vu le nombre très restreint de départs (suite au dernier plan de préretraites et à l’allongement de la durée de cotisation nécessaire pour obtenir une pension à taux plein), on ne doit pas s’attendre à plus d’une dizaine de départs, et donc d’embauches, de journalistes en 2008.

"Les places sont chères", dixit Michèle Léridon, directrice de la Rédaction.

Une réaction syndicale unitaire s’impose

Si la direction demande aujourd’hui beaucoup de "souplesse" aux jeunes aspirants à un CDI, les critères d’embauche, eux, sont marqués par une extrême rigidité. Que dit la direction aux pigistes qui assurent depuis plus d’un an la couverture quotidienne de la banlieue et qui font souvent des remplacements au siège parisien ? "Vous serez embauchés quand vous aurez passé les tests !" et à condition qu’il y ait des départs.

Que dit-elle à tel ou tel pigiste qui assure quotidiennement, parfois depuis plus de dix ans, la couverture texte ou photo en province ? "Comme tu ne remplis pas les critères de mobilité, tu dois rester pigiste"  !

SUD s’oppose totalement à cette logique.

Selon un document de la direction remis aux délégués en septembre 2005, 30% des 513 journalistes CDI embauchés entre 1975 et 1999 n’avaient jamais occupé un poste hors Paris et 15% n’en avaient occupé qu’un seul. Pour des raisons qui sont de la responsabilité des directions successives, 45% des journalistes n’avaient pas ou très peu bougé de Paris.

Les arguments avancés par la direction - et parfois partagés par des syndicalistes - pour refuser l’embauche immédiate des précaires "permanents" sont irrecevables.

Au moment où le PDG négocie le COM-2, nous demandons que ce contrat entre l’AFP et l’Etat soit assorti d’une charte sociale prévoyant la résorption de la précarité. L’intersyndicale doit enfin se saisir de ce problème et passer à l’action.

Salaires : +0,8% au 1er décembre

C’est l’augmentation des salaires (toutes catégories) accordée au niveau de la Presse nationale, dont dépend aussi l’AFP. Elle intervient après une hausse également modeste accordée précédemment (pour les journalistes +0,9% en juillet).

SUD a dénoncé l’évidente perte de pouvoir d’achat que connaissent beaucoup de salariés de l’AFP, surtout celles et ceux qui ne bénéficient pas ou plus des plans de carrière automatiques (notamment les journalistes ayant une ancienneté supérieure à 18 ans et les cadres administratifs). Nous n’avons pas senti une grande combativité syndicale pour s’attaquer à ce problème récurrent.

Pour les pigistes, l’ensemble des syndicats a demandé, pour la énième fois, un barème applicable à tous.

Journée de 13, 14 heures ?

"Il n’y a qu’au desk qu’il y a des vacations" ! C’est la réponse donnée par la directrice de la rédaction à une question SNJ-CGT concernant les horaires à rallonge pratiqués dans certains bureaux le week-end. Le même journaliste ouvre le bureau à 9h et termine son travail à 22, 23h ? C’est normal ! Il travaille dans la "production". Pas de compensation pour cette double permanence : elle est comptée comme simple journée de travail. Avec cette réponse, on comprendra mieux pourquoi la direction pense pouvoir supprimer 5 postes en province ! Les services parisiens subiront sans doute le même traitement.

Bref, les perspectives pour 2008 sont formidables. Faudra choisir : se battre ou subir. En attendant, SUD souhaite de bonnes fêtes à toutes et à tous.

Paris, le 21 décembre 2007
SUD-AFP