SUD-AFP

Solidaires-Unitaires-Démocratiques à l’Agence France-Presse

Accueil > Communiqués SUD-AFP > Restructuration du "maillage régional", COM-2 : Les plans d’économies, ça (...)

Restructuration du "maillage régional", COM-2 : Les plans d’économies, ça suffit !

mardi 13 novembre 2007

SUD se déclare solidaire des personnels de l’AFP en province qui ont exprimé leurs profondes inquiétudes face au projet de restructuration du "maillage régional".

Les documents qui viennent d’être transmis par la direction aux organisations syndicales en vue du Comité d’entreprise du 15 novembre confirment que ces craintes étaient et restent justifiées :

• Suppression envisagée de 5 postes de rédacteurs détachés sur 19 (-26%) : Brive, Reims, Rouen, Metz ou Nancy, Perpignan.
• Suppression de 2 postes de rédacteur à Lyon et à Marseille, création d’un poste à Bordeaux (redéploiement de Brive).
• Suppression de 2 postes d’employés de presse à Lyon et Rennes, création d’un poste à Lille.

Soit, au total, une perte nette de 5 postes de journalistes texte sur 70 (-7%) et de un employé de presse sur 24 (-4%). Et, surtout, suppression de la présence officielle de l’AFP dans 5 villes sur 18 !

Il y aura donc bel et bien suppression de postes en province (tout comme il risque d’y en avoir dans certains services du siège), alors que les bureaux travaillent déjà à flux tendu. Le développement des nouvelles activités multimédia se fera au détriment des activités plus traditionnelles, bien que celles-ci constituent toujours l’essentiel du chiffre d’affaires commercial (le chiffre d’affaires du multimédia en France ne représente que 10% de celui du service général).

La direction doit dévoiler TOUS ses projets !

Les motions des bureaux régionaux sont claires : le personnel veut tout savoir. Sur les projets rédactionnels de la direction, sur les conséquences concrètes pour l’emploi, sur les conditions de travail, sur le développement de la précarité...

Or, la direction ne dévoile pas tout. Elle laisse même entendre qu’il ne s’agit que de la pointe de l’iceberg, puisque "le projet de réorganisation du réseau province s’inscrit dans le cadre plus général d’un chantier en cours, qui vise - en France comme à l’étranger - à (...) mieux servir les priorités stratégiques de développement et les attentes des médias (...)".

Puisqu’il s’agit de la partie d’un tout, nous voulons enfin connaître les "priorités stratégiques" précises choisies par la direction dans le cadre du nouveau Contrat d’objectifs et de moyens 2008-2012 ! Quelle place pour l’information "traditionnelle" ? Quelle place pour la francophonie ? Comment expliquer le black out de la direction sur l’Infographie alors que le multimédia est donné comme priorité stratégique ?...

Nous devons aussi en savoir plus sur les grandes manoeuvres des groupes de presse qui semblent vouloir abuser de leur position d’administrateurs...

Ras-la-précarité !

Autre exigence, exprimée dans la plupart des motions : ne pas accepter les suppressions de postes, la dégradation des conditions de travail, la croissante précarisation.

Il faut résorber la précarité accumulée dans le cadre du Contrat d’objectifs et de moyens 2003-2007, il faut en finir avec le dogme actuel "un départ = une embauche". A ce rythme, les quelque 60 CDD travaillant régulièrement pour l’AFP et les nombreux "faux" pigistes (car permanents, remplissant quotidiennement des tâches essentielles) n’ont aucune perspective sérieuse d’embauche. Ceci n’est pas acceptable !

Opposons aux mesures d’économies de la direction des exigences claires concernant la titularisation des précaires et des garanties de revenu pour les pigistes ! Le développement des nouveaux "produits" ne doit pas se faire au détriment de ce qui marche et qui constitue toujours le coeur du métier.

Il faut, sans attendre, que les CDD et les pigistes permanents soient sortis de la précarité, en leur proposant des CDI.

Ensemble, imposons d’autres choix !

Il est fort probable que la restructuration de la province ne soit pas l’unique projet d’économies qu’apportera le nouveau COM 2008-2012.

Face aux projets de ce COM-2, que la direction risque de dévoiler au compte-gouttes, définissons nos propres exigences !

Pour SUD, ces exigences doivent se traduire par des revendications concrètes qui devraient être débattues en Assemblées générales du personnel et portées dans l’unité par l’ensemble des organisations syndicales.

Paris, le 13 novembre 2007
SUD-AFP