SUD-AFP

Solidaires-Unitaires-Démocratiques à l’Agence France-Presse

Accueil > Textes intersyndicaux > Toujours rien sur les projets de la direction

Toujours rien sur les projets de la direction

mardi 23 octobre 2007

Un CE pour rien : silence assourdissant du PDG sur le COM et le projet rédactionnel

Communiqué des syndicats CGT, SNJ, CFDT, FO, SUD

A un mois du bouclage du budget 2008, la réunion du Comité d’entreprise du 11 octobre n’a apporté aucune information vraiment nouvelle sur le contenu du nouveau Contrat d’objectifs et de moyens (COM) 2008-2012 actuellement en discussion avec les pouvoirs publics.

Et surtout rien de précis sur le projet rédactionnel de l’agence pour les 4 ans à venir.

Seule certitude, la "colonne vertébrale" de ce COM sera le nouveau système 4XML, qui permettra à l’agence de basculer totalement dans la production multimédia, qualifiée de "native" par le PDG, associant dès la phase de production textes, photos, vidéos, infographies...

C’est cette révolution technique - nécessaire si nous voulons rester au même niveau que la concurrence mais à laquelle l’AFP n’est pas en mesure de faire face financièrement faute d’une marge insuffisante, selon lui - que le PDG met en avant dans ses discussions avec les pouvoirs publics pour obtenir une rallonge financière de l’Etat dans le cadre du COM.

Pierre Louette a indiqué, sans autre précision, qu’il rencontrerait à nouveau la Direction du développement des médias (DDM) ce 24 octobre sur "l’aide de l’Etat et ses modalités". Il a également annoncé des rencontres avec les parlementaires "ces prochaines semaines".

Le COM ne devrait toutefois pas être finalisé avant le début 2008 et le budget de l’an prochain sera établi sur les bases "de l’agence telle qu’elle est", en tenant compte notamment d’un endettement de 39 millions d’euros (rachat des parts de l’immeuble dans le cadre du crédit-bail et remboursement à Dexia du prêt participatif). Il faudra donc ensuite adapter le budget aux impératifs du COM.

On peut craindre dans cette perspective qu’une fois encore, comme pour le COM 1 et l’avenant au COM 1, la maîtrise des charges et en priorité de la masse salariale sera au centre du COM 2.

Quelques précisions...

- Concernant l’élaboration du projet 4XML, le PDG a donné quelques précisions. Tout d’abord, il a affirmé que le nouveau système serait géré en interne et que l’AFP n’avait "pas accepté de donner suites à des demandes d’externalisation" (de qui ?). Selon lui, c’est le sens de la réorganisation de la Direction des systèmes d’information (DSI), fondée sur le "renouvellement des compétences technologiques" (et qui, rappelons-le, se solde par 20 suppressions de postes).

- D’un point de vue plus général, le PDG a déclaré qu’il "n’y a pas de projet de plan social à l’agence", mais qu’il y a "toujours le souci de maîtriser les charges de l’agence". Il a jugé "indispensable de poursuivre les redéploiements, peut-être de façon accentuée et accélérée". "Je le souhaite très fortement", a-t-il ajouté, excluant toute relance de l’embauche.

- Priorité continuera à être donnée à la vidéo, où 8 postes ont été créés l’an dernier, selon P. Louette et où de nouveaux postes sont prévus au budget 2008 : plusieurs "coordinateurs régionaux", en province notamment, et "un poste ou deux à Paris".

- De nouveaux projets avec la presse quotidienne sont en gestation, dans le cadre d’une "nouvelle alliance avec la presse". Parmi eux, une plate-forme de partage de vidéos et photos générées par les internautes, la fourniture à la PQR de contenus sport, la mise en ligne de vidéos de la PQR sur vidéo-forum... Mais pas un mot sur l’articulation de ces nouvelles synergies et leurs impacts rédactionnels et financiers pour l’Agence

Et beaucoup de zones d’ombre...

- Hormis le développement multimédia et vidéo, à nouveau présentés par le PDG comme les priorités absolues pour les années à venir, pas un mot non plus sur le coeur de métier de l’agence, ni aucun engagement sur la pérennité de notre mission première. Et a fortiori sur d’éventuels projets de développement concernant le texte.

- Pire, le développement prévu de la vidéo, qui en principe ne devrait pas être incompatible avec celui de l’agence, pourrait s’accompagner - politique de redéploiements oblige - d’un détricotage du réseau texte, notamment en France.

- Le projet "province" actuellement en cours d’étude devrait en effet signifier la fermeture de plusieurs postes de détachés (Rouen, Perpignan, Besançon, Brive...?), et des diminutions d’effectif dans certains bureaux (Nice par exemple). Avec le recours de plus en plus nécessaire à un réseau de pigistes, alors que la précarité est déjà massive à l’agence et que les budgets piges sont en baisse constante. Comment la direction compte-t-elle résoudre cette contradiction ?

- Des services sont même carrément menacés, comme le service hippique ou plus étonnamment le desk portugais, qui contribue à la présence de l’AFP dans toute l’Amérique du Sud bien au-delà de la zone lusophone.

- La direction ne dit absolument rien sur la réorganisation de la rédaction, notamment des desks, qui accompagnerait nécessairement la production multimédia "native", ni sur les évolutions rédactionnelles (polyvalence ?, nouvelles conditions de travail ?...) que cela impliquerait. Elle se contente de généralités sur le maintien des effectifs, et se borne à indiquer que "l’effort de formation" au multimédia sera poursuivi.

- De même, elle reste très floue sur les évolutions en terme d’équilibre général des langues de production. Le développement des postes de production anglophone, s’il est justifié, ne saurait se faire au détriment de la production en français.

- Les éventuelles répercussions sur l’agence des projets de réorganisation de l’audiovisuel extérieur (France 24, RFI, TV5Monde et EuroNews) ne sont pas davantage clairement évoquées. Le PDG nous parle très évasivement de "développements parallèles" à ce stade.

- Enfin, la direction n’a toujours aucune perspective à offrir pour la résorption de la précarité, alors que le nombre de CDD (57 actuellement) ne cesse d’augmenter par rapport aux CDI (-12 postes en 2006), que certains services ne peuvent "tourner" qu’avec des CDD qui occupent des postes permanents et que la longévité des CDD s’accroit de façon dramatique. La réponse de la direction - "les titularisations se feront au rythme des départs" - est inacceptable.

Pour les syndicats, le nouveau COM doit s’inscrire dans une véritable logique de développement de l’agence ne remettant pas en cause ses missions ni son réseau.

Il doit rompre avec la logique d’économies qui consiste à faire de la masse salariale, et donc du personnel et singulièrement de la rédaction, la variable d’ajustement d’hypothétiques projets de développement.

La direction doit maintenant sortir du flou et apporter des réponses précises, notamment sur ses intentions concernant le réseau province de l’agence, qu’il est hors de question de laisser fragiliser, et sur un plan de titularisation des CDD, comme le lui demandent les syndicats depuis déjà plusieurs mois.

L’intersyndicale met en garde la direction contre toutes nouvelles réductions d’effectifs sous des habillages divers, contre une détérioration des conditions de travail débouchant sur une productivité débridée, un renforcement de la polyvalence et de la précarité, et contre tout projet d’agence à deux vitesses.

Elle appelle les pouvoirs publics et les patrons de la presse à donner de véritables moyens à l’agence et au personnel pour accompagner de véritables projets de développement.

Paris le 23 octobre 2007
Les syndicats CGT, SNJ, CFDT, FO, SUD