SUD-AFP

Solidaires-Unitaires-Démocratiques à l’Agence France-Presse

Accueil > Communiqués SUD-AFP > Sacrifier nos acquis ? Non merci ! (Négo-Info 2)

Sacrifier nos acquis ? Non merci ! (Négo-Info 2)

vendredi 27 mars 2015

Négo-Info 2 - Compte rendu SUD de la négociation sociale du 26 mars 2015

Tract imprimable

Direction et organisations syndicales se sont rencontrées le jeudi 26 mars pendant trois heures pour échanger sur le projet d’"accord d’entreprise" que le PDG Emmanuel Hoog avait présenté une semaine plus tôt (voir notre compte rendu de la première réunion). Rappelons que ce texte "propose" notamment de supprimer les RTT aux ouvriers, employé-e-s et journalistes des desks, et de n’en laisser plus que 7 sur actuellement 18 aux autres journalistes, ainsi qu’aux cadres administratifs et techniques. Le tout, avec le but proclamé de "dégager de nouvelles marges" pour des augmentations salariales - surtout sous forme de primes et promotions. En clair, un sacrifice collectif, au profit de quelques-uns. Non merci !

Si le projet de la direction est très précis sur les acquis sociaux qui seraient supprimés, il reste en revanche muet sur les éventuelles contreparties. Les syndicats ont souligné ce point, ainsi que le vide du texte de la direction, qui avait été présenté comme projet pouvant à terme se substituer à l’ensemble des accords d’entreprise en vigueur (sauf celui sur les droits d’auteur).

Avec d’autres organisations, SUD a demandé à la direction de présenter sur chaque sujet de discussion un tableau, qui recenserait précisément les acquis actuels, pour les comparer à ceux prévus par les textes qui seraient appliqués si nos accords et usages actuels n’étaient plus en vigueur. Dans une 3e colonne de ce tableau, la direction devrait sur chaque sujet préciser ce qu’elle souhaite conserver ou supprimer, en chiffrant les économies escomptées. Cette méthode permettrait à chacun de se faire son opinion. Prochaine réunion prévue le 8 avril.

Il y a un an, le PDG avait claironné que "l’issue positive" du contentieux avec Bruxelles ouvrait la perspective d’un financement pérenne et sécurisé de l’AFP. La réalité est beaucoup moins rose ; il s’avère que cette perspective est construite sur des sacrifices sans fin pour les salariés et sur une remise en cause progressive de notre mission d’intérêt général.

Confrontés à la même logique que nous, les salariés de Radio France montrent la voie. En grève depuis le 19 mars, ils résistent en défendant les valeurs et les idéaux du service public de l’audiovisuel.

Comme eux, le 9 avril, nous serons des milliers dans la rue, pour dire - avec les syndicats CGT, FO, FSU et Solidaires :

Stoppons cette course folle vers toujours plus d’austérité ! Reprenons l’offensive, retrouvons la force de l’action collective !

Paris, le 27 mars 2015
SUD-AFP (Solidaires-Unitaires-Démocratiques)

***
Verso : appel régional intersyndical Ile-de-France pour le 9 avril (cf. version pdf)