SUD-AFP

Solidaires-Unitaires-Démocratiques à l’Agence France-Presse

Accueil > Communiqués SUD-AFP > Précarité : malgré la mobilisation, peu de progrès

Précarité : malgré la mobilisation, peu de progrès

mardi 15 février 2011

Le personnel de l’agence a affirmé jeudi dernier (10 février) par un arrêt de travail massif de quatre heures à Paris et en province son exigence de réponses à la précarité. Lors d’une nouvelle réunion de négociation ce mardi, la direction a fait comme si de rien n’était.

CDD

Sur les CDD, la direction a dit qu’elle voulait bien créer un pool pour en titulariser un certain nombre, mais elle a refusé de donner un chiffre précis.

Le DG, Rémi Tomaszewski, a simplement parlé d’un "nombre réaliste" qui serait arrêté à la fin des négociations, en principe le 31 mars.

Dans l’optique purement comptable qui est celle du budget et du contrat d’objectifs et de moyens, il est revenu sur le projet d’un plan de départs, condition selon lui pour de nouvelles titularisations par la suite.

SUD a demandé si la direction avait des moyens supplémentaires permettant de résorber la précarité par l’embauche dans certains secteurs, SANS supprimer de l’emploi ailleurs. Nous n’avons pas reçu de réponse.
 
PIGISTES DE BANLIEUE

Le directeur de l’Information, Philippe Massonnet, a annoncé que la direction discutait actuellement de la mise en place d’un nouveau pôle aux Infos Génés pour organiser le reportage en banlieue. Cinq postes de CDI seraient créés et ce pôle Ile-de-France serait composé au total de 12 journalistes en CDI.

Les postes, affichés, ne seraient pas forcément occupés par les pigistes actuels mais éventuellement par d’autres journalistes (pigistes, CDD ou contrats locaux, qui seraient ainsi titularisés).

Actuellement, les sept départements de banlieue sont couverts par sept titulaires (dont quatre pigistes dont "l’embauche" au 1er janvier 2011 a été promise) et neuf pigistes remplaçants.

Interrogé sur le sort des remplaçants de banlieue, Philippe Massonnet a affirmé que la direction souhaitait "garder" les cinq pigistes dont l’AFP est l’employeur principal, ajoutant qu’il n’était "pas question de les laisser tomber".
 
En revanche, rien n’a été dit sur le sort des quatre autres pigistes qui se partagent les remplacements dans deux départements.
 
Dans sa note du 10 février, la direction avait annoncé que "les projets d’organisation, notamment en banlieue" seraient présentés aux organisations syndicales, ajoutant que cette information serait "également faite au CE qui aura lieu le 17 février". Or, force est de constater que la création du pôle Ile-de-France n’est pas à l’ordre du jour du CE de jeudi. Comme pour l’implantation du multimédia dans certains desks, la direction méprise les représentants du personnel en créant le fait accompli, puisqu’elle a déjà affiché des postes pour ce pôle qu’il reste à créer !

REFUS DE REQUALIFIER

Concernant les précaires pour lesquels les syndicats ont demandé la requalification de leur contrat en CDI (suivant l’exigence de l’inspection du travail), la direction maintient son refus. Cinq pigistes sont "embauchés" au 1er janvier 2011, mais la direction refuse de donner des détails sur leur contrat de travail. Par exemple, auront-ils droit aux congés payés en 2011 ? En effet, les droits aux congés payés sont calculés sur l’année précédente.

Et la direction impose à certains précaires un jeu de chaises musicales comme condition pour être titularisés : un pigiste de Toulouse est enfin "embauché", mais à Bordeaux. Tandis que le pigiste de Bordeaux dont la situation est longuement évoquée dans les courriers de l’Inspection du travail se voit obligé de prendre ses fonctions de CDI... à Paris.

* * *

On le voit, on est très loin de répondre aux enjeux de ces négociations : TOUS les pigistes et salariés sans contrat en CDI doivent pouvoir sortir de la précarité et avoir des revenus stables !

Rappelons qu’en France, plus d’une centaine de journalistes (CDD et pigistes) sont en droit d’espérer leur permanisation. Plus de 400 autres pigistes et CLP attendent des négociations que leur revenu soit sécurisé. Sans parler de la précarité parmi les non-journalistes qui est malheureusement devenue une réalité dans certains secteurs.

Prochaine réunion avec la direction : vendredi 18 février au matin.

Paris, le mardi 15 février 2011
SUD-AFP (SUD Culture & Médias Solidaires)