SUD-AFP

Solidaires-Unitaires-Démocratiques à l’Agence France-Presse

Accueil > Textes intersyndicaux > Rapport Technologia sur l’AFP : Un constat rassurant, mais des prévisions (...)

Rapport Technologia sur l’AFP : Un constat rassurant, mais des prévisions accablantes

samedi 7 novembre 2015

Restitution du pré-rapport du cabinet Technologia : Un constat rassurant, mais des prévisions accablantes

Le Cabinet Technologia mandaté par le CHSCT pour éclairer les élus concernant la dénonciation des accords d’entreprise a restitué son pré-rapport en comité ce mercredi 28 octobre. En attendant la diffusion du rapport définitif, voici une synthèse de vos élus du CHSCT.

Pour réaliser cette mission, les experts se sont basés sur des documents, des observations sur site et sur un questionnaire électronique envoyé à l’ensemble des salariés impactés par cette dénonciation.
Les élus du CHSCT souhaitent tout d’abord saluer la très forte mobilisation du personnel vis-à-vis de ce sondage. En effet près de 42% des personnels [1]ont répondu, soit 575 réponses, et ce, en moins de 8 jours ! Une nouvelle preuve de la forte préoccupation des salariés.

Les experts du cabinet ont fourni des informations que les élus estiment plus qu’inquiétantes vis-à-vis de l’exposition aux risques psychosociaux.

RÉSULTAT :

  • Travailleur AFP : Salarié exposé aux Risques Psycho-Sociaux :

Forte autonomie, forte implication, forte charge de travail, stress, tous les ingrédients des RPS sont réunis. L’expert formalise ce que nous savions tous déjà : Les salariés de l’AFP sont dévoués, très impliqués et savent s’adapter avec intelligence et pragmatisme pour mieux servir leur entreprise. 74% des personnes s’estiment travailler dans de bonnes conditions de travail tout en reconnaissant qu’elles se sont dégradées lors des 12 derniers mois. Le cabinet estime que plus de 54% des personnes sont contraintes à une forte charge de travail et que cette dernière continue d’augmenter notamment par la baisse des effectifs. Cette exposition aux RPS semble s’accroître avec l’ancienneté des salariés dans l’entreprise.

  • Une défiance grandissante des salariés vis-à-vis de la Direction :

L’expert met en exergue une dégradation grandissante des rapports sociaux et pointe quelques dysfonctionnements exprimés par les salariés :

  • Méconnaissance par la Direction de la réalité du travail.
  • Carence managériale dans certains services.
  • Judiciarisation des rapports.
  • Inquiétude sur la baisse de qualité du travail attendu.
  • Pas d’espace de « Feedback » entre la hiérarchie et les salariés.
  • Manque de visibilité RH : Parcours professionnel, Organigramme, Qui fait quoi ?

Cette défiance n’est pas sans conséquence. Le rapport met en évidence une baisse de motivation chez plus de 65% du personnel avec un moral bas ou moyen à plus de 50%.

  • Le temps de travail : une soupape de sécurité fragile.

Si 65% des personnes estiment aujourd’hui disposer d’un bon équilibre vie privée/vie professionnelle, cela est dû à la gestion des congés et des RTT (pour 74%). L’expert indique aussi que cet équilibre semble très fragile au regard de l’utilisation importante des smartphones engendrant une connexion quasi permanente pouvant provoquer des risques d’épuisement professionnel.

CONCLUSION :

L’expert indique que les accords actuels manquent de « lisibilité » et qu’un équilibre à travers des pratiques non écrites, qui mettent de l’huile dans les rouages, s’est instauré au fil des années. La remise en cause de cet équilibre est très mal perçue par le personnel puisqu’environ 75% des personnes interrogées estiment clairement être préoccupées par la dénonciation des accords.
L’expert alerte les élus et la direction sur une crispation des relations sociales qui pourrait gripper les rouages du système, rompre l’équilibre et « ouvrir la boite de Pandore ».

Les salariés pourraient prendre une nouvelle posture « Je fais valoir mes droits et je ne fais que mes devoirs ».

  • A la lecture du rapport, les élus ont effectué les recommandations suivantes :
  • Conserver le temps de travail (Congés, RTT, Récup,…) actuel pour protéger le personnel de l’épuisement professionnel.
  • Assurer une meilleure prise en compte des réalités du travail.
  • Améliorer la visibilité RH de l’entreprise.
  • Maintenir une équité entre les droits des salariés actuels et les futurs embauchés.

Pour apaiser le climat social et pour éviter d’exposer les salariés à des risques psycho sociaux, les élus demandent à la Direction le retrait du projet de dénonciation des acquis sociaux et sources conventionnelles internes.

Vos élus du CHSCT


[1Précision faite par SUD : il s’agit de 42% des salariés relevant du droit français