SUD-AFP

Solidaires-Unitaires-Démocratiques à l’Agence France-Presse

Accueil > Communiqués SUD-AFP > Rédaction : Le couperet est tombé sur la « Région France »

Rédaction : Le couperet est tombé sur la « Région France »

vendredi 19 avril 2019

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

La direction de l’AFP a présenté ce vendredi 19 avril en CSE (ex-comité d’entreprise) le détail des suppressions de postes envisagées dans la « région France », c’est-à-dire les services parisiens et les bureaux de province. Voici ce qui serait prévu, si le plan Fries était appliqué malgré l’opposition unanime des syndicats.

Tract imprimable

TEXTE

Informations générales (-2 postes)

  • Les trois bureaux en banlieue (Bobigny, Nanterre, Créteil), avec 9 reporters texte, sont réorganisés en deux pôles de 8 reporters : Nord (Seine-Saint-Denis, Seine-et-Marne, Val-d’Oise, aéroports) qui restera à Bobigny, et Sud (Hauts-de-Seine, Yvelines, Val-de-Marne, Essonne) avec un bureau « basé dans une ville à déterminer »
  • Le pool Reportage à Paris passe de 7 à 6 journalistes

Economie (-2 postes)

  • Le pool central passe de 6 à 5 journalistes (un poste d’adjoint est créé en contrepartie, mais la suppression du poste de chef du Département Eco est entérinée). Le chef du reportage économique devient chef de service, une conséquence de la suppression du desk Eco unique
  • Le pool Industrie passe de 4 à 3 reporters

Politique (-1 poste)

  • Un pool « vie politique » doit être créé pour remplacer les pools gauche et droite, passant de 6 à 5 reporters

Région (-2 postes)

  • Le bureau de Rennes passe de 5 à 4 reporters
  • Le bureau de Lyon passe de 5 à 4 reporters

Autre projet de la direction : les journalistes détachés participeront aux astreintes des bureaux auxquels ils sont rattachés.

PHOTO

Le reportage Photo en France sera aussi touché, avec par exemple la suppression d’un poste de photographe à Lille et d’autres à Paris, où la direction évoque un « sur-staffing » et « des photographes qui se plaignent de ne pas avoir assez de travail ».

Plus que jamais, ce plan qui ambitionne de faire « mieux avec moins » est mauvais et doit être combattu !

Paris, le 19 avril 2019
SUD-AFP (Solidaires-Unitaires-Démocratiques)

***

PRÉCISION
Ce communiqué SUD a été publié dans la journée du 19 avril, alors que le CSE extraordinaire était encore en cours. A l’issue de cette réunion, les élus ont voté à l’unanimité - moins une abstention - contre la mise en place anticipée de la Cellule Mobilité prévue dans le plan de départs volontaires.