SUD-AFP

Solidaires-Unitaires-Démocratiques à l’Agence France-Presse

Accueil > Communiqués SUD-AFP > Desk unique : Un dialogue… Mais de sourds !

Desk unique : Un dialogue… Mais de sourds !

mardi 15 juin 2021

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

Alors que la direction de l’AFP célèbre la « Semaine pour la qualité de vie au travail » , elle ne prend pas les mesures qui s’imposent pour stopper la dégradation des conditions de travail. Exemple : le desk unique, qui pose toujours problème (cf. notre précédent tract).

Texte imprimable

Forcé de répondre après de courageux témoignages lors d’une séance de questions-réponses avec la rédaction, le Directeur des parcours professionnels et de la rédaction a admis que la réforme du desk francophone « ne marche pas tout à fait comme prévu ».

Malheureusement, il n’a pas fallu attendre bien longtemps (le lendemain en CSE, pour être précis…) pour que revienne le refrain de la culpabilisation des salariés : s’il y a des difficultés, elles « viennent uniquement des prises de congés simultanées » et du fait que « la volonté d’y arriver n’est pas forcément partagée par tout le monde ».

Alors que le projet prend l’eau et que la copie et l’environnement de travail se dégradent, la direction botte en touche. Laissons passer l’été, cela va s’arranger. Avec, comme résultat, l’impression pour les journalistes éditeurs de ne pas être entendus et le découragement qui s’installe.

Avant de critiquer le soi-disant manque de « bonne volonté », la direction ferait mieux de s’interroger sur sa propre bonne volonté à trouver des solutions. A la place, elle préfère souligner qu’il y a 65 personnes au desk, sous-entendant que, quand même, on devrait bien y arriver, voyons !

Mais ce chiffre est insidieux car :

  • ce ne sont pas 65 emplois à temps plein ;
  • tout le monde n’est bien sûr pas présent en permanence ;
  • quand bien même, 65 c’est toujours moins que ce que représentait l’effectif total des différents desks avant la fusion et avant la suppression de neuf postes d’éditeurs dans le cadre du « Plan de départs volontaires ».

C’est un fait, il y a aujourd’hui moins de monde pour faire plus de travail. C’était d’ailleurs l’objectif de ce desk unique, qui répond à une logique comptable avant tout, loin de tout projet éditorial.

La direction comptait sur la polyvalence pour combler ce manque d’effectif. Toutefois, non seulement celle-ci ne marche pas, mais surtout elle n’est pas souhaitable. Si l’AFP veut des journalistes éditeurs qui ne se bornent pas à être de simples correcteurs orthographiques, et c’est ce qui nous semble indispensable pour la qualité de la copie, il est important de conserver certaines spécialisations.

SUD se félicite toutefois d’un début de dialogue ces derniers jours, même si, concernant les mesures à prendre, le compte n’y est pas. A la cellule éco, le manque d’un chef de vacation se fait toujours cruellement sentir et la question, maintes fois évoquée, a encore été renvoyée à une future prise de poste.

Le desk doit être renforcé, et non pas fragilisé !

Enfin, nous rappelons aux salariés qu’en cas de difficultés, ils peuvent se tourner vers la médecine du travail et leurs élus. Il est important, dans une période où nous sommes encore massivement en télétravail, de ne pas rester isolé.

Paris, le 15 juin 2021
SUD-AFP (Solidaires-Unitaires-Démocratiques)
contact@sud-afp.org