SUD-AFP

Solidaires-Unitaires-Démocratiques à l’Agence France-Presse

Accueil > Communiqués SUD-AFP > Ils se moquent de nous : Ne laissons pas faire !

Ils se moquent de nous : Ne laissons pas faire !

lundi 25 octobre 2010

Accord salarial injuste, clips vidéo, stratégie commerciale, rue Vivienne : SUD-Infos du 25 octobre 2010, qui rend compte du Comité d’entreprise du 20 octobre.

Primes et promotions

Comme chaque année, la publication des Primes et promotions a fait de rares heureux, beaucoup de déçus et quelques jaloux. C’est fait pour ! Ce système permet à la direction de diviser le personnel et d’humilier les salariés, en les mettant dans une position de quémandeurs.

En l’absence de hausses salariales pour tous, il s’agit d’un instrument de contrôle social qui vise à renforcer l’autorité de la hiérarchie. Les Primes et promotions sont du seul ressort de la direction, qui les décide "au choix". A cette logique d’individualisation des salaires, nous opposons celle des augmentations pour tous et de l’amélioration des plans de carrière. Cependant, pour y parvenir, il faudrait que le personnel et les syndicats, tous unis, rompent avec la logique du clientélisme et de l’arrosage par la direction, afin de se réapproprier le sujet des salaires, dans un esprit collectif et de solidarité.

Précaires

Lors de la réunion avec l’Inspecteur du travail, le 28 septembre, le DRH a présenté un document montrant que seuls 40 journalistes CDD étaient sous contrat au 31 décembre 2009, contre 812 CDI. Il a ainsi fait acroire que l’AFP ne comptait que 4,9% de journalistes précaires. La réalité est toute autre. L’AFP emploie aujourd’hui en France au moins 100 précaires (toutes catégories) et leur taux est nettement au-dessus de 10% parmi les journalistes.
Avec des situations souvent insupportables, parfois dramatiques : CDD qui, entre deux contrats, n’ont aucun revenu ; pigistes travaillant pour l’AFP à plein temps et payés au Smic ; précaires découragés, sans espoir de titularisation...

SUD a réclamé l’établissement d’une "radiographie complète" de la précarité à l’AFP et a adressé à l’intersyndicale un texte détaillant cette démarche, avec des propositions. Il s’agit d’une part de dresser la liste complète des précaires, d’autre part d’identifier les bureaux et services souffrant de sous-effectifs chroniques et fonctionnant souvent grâce au travail précaire, voire dissimulé. Objectif moral et social : revenir au respect de la loi en mettant un terme aux pratiques de patron voyou, améliorer les conditions de travail de tous, sortir TOUS les précaires de la précarité.

Rue Vivienne

Emmanuel Hoog n’a pas démissionné : les journalistes des desks, dont le vote sur le projet Vivienne avait provoqué l’ire du PDG, ont quitté le 3e étage du siège. Et, sous la lumière artificielle de leurs "somptueux locaux" nouveaux, propres mais sans âme, ils se demandent toujours à quoi ça sert. Car ni le PDG ni ses directeurs n’ont répondu à la question de fond : quelle stratégie de développement pour l’AFP ? Quand le déménagement sera achevé, l’évidence finira par éclater au grand jour : cette direction n’a pas de stratégie !

L’autre sentiment sur les desks, c’est celui d’un lâchage par les syndicats. Comment peut-on organiser un vote parmi les salariés et, aussitôt connu le résultat, l’enterrer ?

Or, c’est ce qui s’est passé lorsque les élus du CHSCT ont accepté de donner un avis sur le projet Vivienne, permettant au PDG de précipiter le mouvement, alors que les salariés, par leur vote, avaient mandaté les syndicats de résister !

Pour mémoire : TOUS les élus du CHSCT ont satisfait la demande du PDG en donnant leur avis. L’élu CFDT a carrément voté pour le projet, les élus SNJ et FO se sont abstenus (qu’attendent-ils en retour ?), les élus CGT ont voté contre (ce qui, malgré les apparences, arrange également le PDG).

Salaires, plans de carrière

Les Employés de Presse (EP) de l’AFP qui étaient depuis au moins 3 ans dans le dernier échelon de leur filière, ont TOUS bénéficié d’une augmentation salariale mensuelle d’environ 34 euros brut (hors ancienneté) au 1er septembre 2010. De plus, le dispositif qui permet aux EP de bénéficier de hausses automatiques sur un plus grand nombre d’années au cours de leur carrière, a été amélioré. Rien à voir avec l’accord bidon signé par la seule CFDT au niveau national, ni avec le résultat de la NAO (Négociation annuelle obligatoire) à l’AFP, qui a abouti à un texte tellement mauvais que deux syndicats ont annoncé vouloir y faire opposition, alors que ceux qui s’apprêtaient à le signer ne l’ont toujours pas fait.

Non, si les Employés ont été augmentés, c’est grâce à leur Plan de carrière, co-signé par SUD en 2007, à l’issue d’une grève de deux semaines, menée avec l’appui d’une intersyndicale CGT-SUD-CFDT-FO. Cet accord préserve le principe solidaire de la progression salariale régulière pour tous, contrairement au plan de carrière des journalistes de 2006, qui a limité les automatismes et créé la RED5+ (attribuée "à la tête du client"). Pour SUD, l’amélioration des automatismes des plans de carrière devrait faire partie de toute plateforme revendicative intersyndicale.

Statuts locaux

L’élection des représentants au conseil d’administration de l’AFP est le seul moment de démocratie interne où tous les salariés ont en principe les mêmes droits. Avec une restriction, et de taille : il faut être citoyen européen. Résultat : un millier de salariés non-européens (surtout des personnels à statut local, mais aussi des "statut siège") n’ont pas le droit de participer à ce scrutin. Une exclusion qui a été jugée discriminatoire par la Halde. SUD ayant saisi la justice en 2008, le PDG de l’époque, Pierre Louette, a demandé au gouvernement d’engager toutes les démarches nécessaires "afin de pouvoir parvenir (...) à la suppression de cette condition de nationalité".
Mais, deux ans plus tard, et alors que la prochaine élection doit avoir lieu au printemps 2011, rien n’est réglé. D’autant que nous sommes restés bien seuls dans ce combat pour l’égalité. Nouvelle étape : le 25 novembre, l’affaire viendra devant la Cour d’appel de Paris, qui procédera au premier examen d’une Question prioritaire de constitutionnalité soulevée par SUD-AFP.

Rédactionnel 

Lors du Comité d’entreprise de septembre, David Sharp (SUD) a dénoncé les effets néfastes, pour la crédibilité de l’AFP, de l’incrustation de messages publicitaires sur les vidéos fournies gratuitement au public sur YouTube. Il a notamment montré une image où l’on voit le dirigeant CGT Bernard Thibault dans une manifestation pour les retraites ... avec une publicité pour une caisse de retraites privée "offshore" qui recouvre le bas de l’écran ! "Nous regarderons comment cela s’est produit et nous veillerons à ce que ça ne se reproduise pas", a déclaré M. Hoog. Hélas : ces pratiques continuent et, lors du CE du 21 octobre, la direction n’avait toujours aucune réponse à nous donner.

Retraites

Face à un gouvernement au service du patronat, autiste, antisocial et toujours plus répressif, le mouvement contre la loi sur les retraites s’amplifie et clarifie les enjeux, se transformant en mouvement multiforme de contestation. Des milliers de salariés et de jeunes sont mobilisés pour résister et pour bloquer le pays, seul moyen de faire céder Sarkozy. Que peuvent faire les salariés de l’AFP ?

  • Gardons notre indépendance de jugement : ne participons pas aux tentatives de manipulation de l’opinion et assurons une information pluraliste.
  • Soutenons les grévistes financièrement : http://www.solidaires.org/article33397.html
  • Le jeudi 28 octobre, tous en grève et dans les manifestations ! A Paris, 13h00 République (départ vers St.-Augustin via grands boulevards).

Rejoignez SUD, pour un syndicalisme solidaire, unitaire, démocratique et combatif !
SUD-AFP (Union SUD Culture & Médias Solidaires)