SUD-AFP

Solidaires-Unitaires-Démocratiques à l’Agence France-Presse

Accueil > Textes intersyndicaux > La direction veut passer en force une fois de plus

La direction veut passer en force une fois de plus

vendredi 21 décembre 2012

Après 6 heures de réunion , les élus du CHSCT ont quitté unanimement le comité de ce jeudi 20 décembre 2012 après que la direction ait affirmé son intention de procéder au déménagement des services prévus au 2ème étage place de la Bourse sans avoir recueilli l’avis de cette instance pourtant obligatoire de par la loi.

Pour donner un avis motivé, vos élus ont demandé à nouveau de disposer d’un plan d’ensemble cohérent et actualisé des futures implantations dans l’immeuble du siège, dont ils peuvent craindre une dégradation des conditions de travail vu le manque de surface évident qu’ils avaient déjà signalé au début du processus d’aménagement. Ces documents sont réclamés depuis le début du projet.

Les élus du CHSCT ont réclamé également les résultats de l’enquête sur les causes des nombreux problèmes de santé, notamment ophtalmiques, qui ont été recensés chez les salariés travaillant au 3ème étage du Siège.

En effet, les membres du CHSCT peuvent craindre que les mêmes problèmes se reproduisent au 2ème étage. Un élémentaire principe de précaution veut qu’on attende les résultats des analyses et expertises en cours et la solution du problème avant d’installer d’autres salariés dans une configuration similaire.

La direction n’a pas fourni ces documents et les élus ont refusé de donner un avis. C’EST LEUR DROIT ET LEUR DEVOIR !

Devant l’attitude de la direction qui a affirmé qu’elle procèdera aux déménagements prévus, passant outre l’obligation légale préalable d’avoir reçu l’avis du CHSCT, les élus ont quitté la réunion.

Les élus demandent à la direction de convoquer dès que possible un nouveau CHSCT et de fournir aux élus les informations demandées à la fois sur le plan d’ensemble finalisé (et non celui, caduque, du 31/10) et les causes des problèmes de santé au 3e étage (analyses attendues pour janvier).

Si la direction persiste dans son attitude de mépris envers les instances représentatives du personnel, le CHSCT se réserve le droit de saisir la justice pour que les droits soient respectés.

VOS ELUS DU CHSCT CGT, CFDT, SNJ, FO, SUD.

Paris, le 21/12/12