SUD-AFP

Solidaires-Unitaires-Démocratiques à l’Agence France-Presse

Accueil > Textes intersyndicaux > Jeudi 31 janvier : arrêt de travail de 17h00 à 24h00 à l’appel de (...)

Jeudi 31 janvier : arrêt de travail de 17h00 à 24h00 à l’appel de l’intersyndicale

jeudi 31 janvier 2013

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

A l’issue de l’Assemblée générale du personnel réunie ce jeudi 31 janvier 2013, l’ensemble des organisations syndicales de l’AFP (CFDT, CGT, CFE-CGC, FO, SNJ, SUD) appelle L’ENSEMBLE DES SALARIES TRAVAILLANT EN FRANCE A CESSER LE TRAVAIL CE JOUR DE 17H00 A 24H00 (soit de 16H00 à 23H00 GMT) pour s’opposer aux projets de la direction sur la France et l’Afrique.

Cet appel concerne entre autres l’ensemble des desks établis à Paris, auxquels nous demandons de NE PAS VALIDER de dépêches sur les fils FRANCE ET ETRANGER, à l’exception des alertes et des urgents. En effet, l’avenir du desk Afrique, ainsi que la région France, est au coeur du mouvement.

Les salariés qui feraient l’objet de pressions sont invités à EN INFORMER AUSSITOT LEURS REPRESENTANTS SYNDICAUX, le DROIT DE GREVE ETANT UN DROIT CONSTITUTIONNEL.

Cet arrêt de travail est destiné à donner un coup de semonce à la direction sur ses projets.

Voici la plate-forme commune des syndicats :

1/ RETRAIT du projet de Région France, conformément à la motion déjà votée par les élus du Comité d’entreprise du 24 janvier.

2/ AFRIQUE : ABANDON du projet d’une direction régionale Afrique à Johannesburg ; MAINTIEN d’un desk Afrique francophone INDEPENDANT à Paris, avec tous ses effectifs ; AFFICHAGE IMMEDIAT du poste de chef du desk Afrique ; RENFORT des effectifs du desk anglais dédiés à l’Afrique ; bilan du rattachement des bureaux du Maghreb à la direction Moyen-Orient à Nicosie.

3/ RETABLISSEMENT DES MOYENS DE COMMUNICATION ENTRE LES SYNDICATS ET le PERSONNEL. Les organisations syndicales présentent à ce sujet leurs excuses à tous ceux, nombreux dans les bureaux à l’étranger comme en France, qui n’ont pu suivre le déroulement de l’Assemblée générale, la faute en incombe entièrement à la direction.

Dès mardi, les syndicats avaient demandé au PDG Emmanuel Hoog un rendez-vous URGENT pour discuter de ces revendications. Le PDG entend ne nous recevoir que LE VENDREDI 8 FEVRIER A 9H00.

Les syndicats ont prévu de tenir une nouvelle ASSEMBLEE GENERALE LE LUNDI 11 FEVRIER pour rendre compte du contenu de cet entretien et décider des suites à donner à l’action, en fonction des réponses apportées à leurs revendications.

L’INTERSYNDICALE